Projet 52-2019-MA #06 : Portrait

Comme vous vous en doutez, j’aime beaucoup la photographie, sinon à quoi bon participer à un projet 52 photos ? J’aime beaucoup les paysages, mais ce que je préfère, ce sont les photos décalées, les jeux de formes et de couleurs, parfois à la limite de l’abstraction. En ce qui concerne la photo animalière, il me manque un élément indispensable : la patience. Je ne suis pas beaucoup plus doué pour les photos de personnes : les photos de groupes, d’accord, mais les portraits, là, je cale. Il n’y a bien évidemment pas de problème pour les photos familiales, le cliché du petit dernier qui fête son anniversaire, etc. Mais ce genre de photos, à mon avis, doivent rester dans le giron familial. Quant à des portraits d’inconnus, pris en rue, j’ai beaucoup de mal. Par pusillanimité… Impossible pour moi d’aborder ce marchand des quatre saisons pour lui demander l’autorisation de le photographier, comme nous étions invités à le faire lors d’un atelier photographique l’an passé. Et puis, pour mettre de tels clichés en ligne, il y a ce fameux droit à l’image, il faut demander à la personne photographiée une autorisation explicite…

Bref, j’ai contourné la difficulté du thème de cette semaine proposé par Ma, grâce à un autoportrait 😉 !

Namur – 7 février 2019

La Musica deuxième

Auteur

Marguerite Duras

Mise en scène

Guillemette Laurent

Acteurs

Catherine Salée et Yoann Blanc. Deux acteurs révélés au grand public grâce à la série télévisée “La Trêve”.

En bref

Une femme. Un homme. Ces deux-là se sont aimés, ont formé un couple. Puis, ils se sont séparés. C’était avant-hier. C’était hier. Aujourd’hui les a réunis de nouveau, au tribunal pour entendre leur divorce prononcé. Une dernière fois, dans la nuit, dans un hôtel de province, avant de regagner leurs “autres” respectifs, ils vont chercher à se parler, tenter de comprendre l’énigme qui les a amenés à la perte, au désastre de l’autre.

Mon avis :

Continuer la lecture de « La Musica deuxième »

Projet 52-2019-MA #05 : Choix

Après la pause de mon blog qui a duré presque trois semaines, je me trouve devant un dilemme :

  • Essayer de rattraper progressivement le temps perdu en commençant par publier les billets que j’aurais dû écrire pendant le mois de Janvier ? Par exemple vous proposer des photographies illustrant les thèmes de flou et d’horizon ? Oui, mais alors, les billets que je pourrais écrire maintenant deviennent ipso facto mes retards de demain et d’après-demain 🙁 …
  • Vivre dans le présent, publier les billets qui concernent aujourd’hui, et garder sous le coude (que j’aime pourtant lever) les billets en retard, pour les temps prochains (et, je le crains, inéluctables) où, trop occupé par trop d’autres activités, je serai dans l’impossibilité de veiller au grain billet quotidien.

Qu’auriez-vous décidé, à ma place, devant ce choix cornélien ? Vous l’aurez deviné, quant à moi, j’ai opté pour la seconde solution. Tant pour mes billets photographiques que littéraires. Voici donc aujourd’hui ma participation au projet 52 photos pour 2019 du côté de chez Ma’. (Bon d’accord, j’ai puisé dans mes archives 😉 .)

Namur (Belgique) – 30 septembre 2017

François Vallejo

François Vallejo (2018)

François Vallejo est né le 10 février au Mans. Il habite le Havre et y enseigne les lettres classiques au collège Raoul Dufy. Vers la fin des années 1990, il se met à écrire des romans et fait preuve depuis d’une belle régularité, tant pour la parution de nouveaux romans que dans la récolte de prix.

Bibliographie

  • 1998 : Vacarme dans la salle de bal
  • 2000 : Pirouettes dans les ténèbres
  • 2001 : Madame Angeloso – prix « roman » de France-Télévisions 2001
  • 2003 : Groom – prix des libraires – prix Culture et Bibliothèques pour tous 2004
  • 2005 : Le Voyage des grands hommes
  • 2006 : Ouest – prix Jean Giono – prix du Livre Inter 2007
  • 2007 : Dérive
  • 2008 : L’Incendie du Chiado
  • 2010 : Les Sœurs Brelan
  • 2012 : Métamorphoses
  • 2014 : Fleur et Sang
  • 2016 : Un dangereux plaisir
  • 2018 : Hôtel Waldheim

Projet 52-2019-MA #02 : Pause sucrée

On ne peut pas dire que mon blog a commencé 2019 de la meilleure manière qui soit 🙁 … Après un tout début en fanfare (8 billets successifs sans le moindre trou), plus rien jusqu’aujourd’hui. Soit une pause de près de 3 semaines… Me laisserez-vous l’excuse de circonstances atténuantes ?

Le week-end dernier, j’étais sur les planches avec notre troupe de théâtre amateur dans Ne coupez pas mes arbres. Ce qui veut dire que depuis le début de l’année, avec 3 ou 4 répétitions par semaine, plus le dimanche, il ne me restait plus beaucoup de temps libre. Mais je ne me plains pas : ce fut, comme à chaque fois, une expérience extraordinaire et nos trois représentations ont connu un beau succès.

Mais la dernière semaine de repétitions fut aussi la semaine où je faisais passer leurs examens à mes étudiants. Autrement dit, la semaine passée, ce fut corrections non-stop ! Il faut dire que 500 copies à 6 pages chaque à corriger, cela ne se fait pas en un jour. Enfin, j’ai fini hier soir, et je viens de terminer l’encodage de tous les points ce matin.

Me voici donc maintenant à nouveau parmi vous, en espérant que cette fois mes absences de longue durée, c’est bel et bien fini. Alors, pour cette reprise, j’ai décidé de rester dans le sujet de ce billet – les pauses – et vous proposer la photo réalisée dans le cadre du projet 52 photos pour 2019 du côté de chez Ma’. Et justement, le deuxième thème (à partir du 12 janvier 😉 ) était Pause sucrée. Person-nellement, je suis plus salé que sucré, et je craque rarement pour une pâtisserie. Par contre, je suis un inconditionnel du chocolat 😉 ! Quoi qu’il en soit, je n’ai pas résisté au plaisir de vous montrer l’enseigne d’une maison renommée de Namur :

Bon appétit !

tariquet

On est descendues boire un verre au bistrot du coin, une bière pour moi, un tariquet pour elle. Les produits d’entretien avaient déjà commencé à attaquer nos cerveaux. L’alcool a terminé.

Loulou ROBERT – Sujet inconnu – p. 29

Bon, d’accord, il s’agit certainement d’une boisson, alcoolisée de surcroît. Mais encore ? Puisque le terme est inconnu (comme le Sujet 😉 ) de mon Larousse, j’ai dû avoir recours à mon ami Google. (En fait, non, Google n’est pas mon ami, mais c’est là un débat qui nous éloigne de notre Sujet 😉 !)

En fait, il faut d’abord vous parler du domaine du Tariquet, situé dans la région des côtes de Gascogne, et qui produit du vin (blanc ou rosé), ainsi que de l’armagnac. Quant à savoir si la mère a bu un verre de vin ou un verre d’armagnac, il faudrait poser la question à l’auteur, mais j’opte pour le vin.

Quoi qu’il en soit, santé 😉 !

Thomas Mann : La montagne magique

J’ai eu aujourd’hui une journée particulièrement chargée (en fait passée au service des urgences de l’hôpital, heureusement plus de peur que de mal, mais nous avons d’abord cru que mon épouse faisait un infar). Cependant, comme je voudrais dans la mesure du possible tenir le rythme du billet quotidien, j’ai pioché dans ma réserve d’extraits et en ai choisi deux d’un roman lu fin 2018, et dont je vous parlerai plus longuement d’ici quelques jours.

En deux mots, pour situer le contexte, le narrateur a régulièrement passé ses vacances d’été à Davos, et y a fait la connaissance d’une vieille dame inconditionnelle de Thomas Mann. Continuer la lecture de « Thomas Mann : La montagne magique »