Urgence absolue

Nécessité absolue de reprendre ma plume de diariste
De la plonger à nouveau dans l’encre de ma vie
Vie parfois noire comme de l’encre
Je fictionne
Ma vie est loin d’être si noire que je la peins
Mais la vie est ce que l’on en fait.

Sensation du temps qui file
Comme le sable entre les doigts
La main brusque se referme sur le vide
A peine le temps de penser au présent
Qu’il est déjà du passé dépassé
Le futur m’angoisse
Mourir cela n’est rien
Mourir la belle affaire
Mais vieillir
Pardon Jacques
Tu l’as si bien chanté que je n’ai pu résister.

Urgence absolue
Identifier les pertes de temps inadmissibles
Ne rien faire est admissible
Faire de l’inutile ne l’est pas
Cesser d’augmenter l’entropie de mon existence
Absolument.

Que de verbes !

Je suis heureux de constater que je ne suis pas le seul à être fasciné par les verbes !

J’ai toujours cru qu’il existait un âge pour conjuguer les verbes : marcher, grandir, aimer, perdre, souffrir, mentir, baisser les yeux, apprendre, se battre, avouer, espérer, partir ou laisser partir. Maintenant, je sais que c’est faux. Il n’y a pas d’âge pour conjuguer les verbes, il faut juste les circonstances.

Gilles Legardinier, Et soudain tout change, p. 21

Sur la plage, les pavés

Inconscience ? Sans doute… Le mois anglais est à peine terminé, sans aucun billet littéraire de ma part, que j’envisage déjà pour l’été un nouveau défi ! Je veux parler du challenge Pavé de l’été, organisé par Sur mes brizées.

Il s’agit d’un challenge très simple, sinon à réaliser, du moins à expliquer : il « suffit » de lire (au moins) un livre de (au moins) 600 pages 😉 !

En ce qui me concerne, après examen de ma PAL, j’ai sélectionné La consolante de Anna Gavalda (637 pages) et, si l’été est propice, j’enchaînerai avec Maudits de Joyce Carol Oates (803 pages).

L’été sera chaud, l’été sera beau 😉 !

June is finished

Juin, avec son tsunami de surveillances d’examens, de corrections et de délibés, est vraiment un mois horrible pour le blogueur qui veut publier régulièrement et pour le lecteur qui veut participer à un challenge… Le bilan est donc bien maigre : 8 billets sur le mois, mais pas une seule critique relative au mois anglais. J’ai pourtant réussi à lire 3 romans anglais (Rebecca de Daphné Du Maurier, et les deux premiers tomes de la trilogie Les rats de James Herbert), mais pas à les chroniquer… Ce sera donc pour la semaine prochaine, puisque celle-ci s’annonce un peu moins chargée 🙂 .

Que de verbes !

Bienvenue dans mon nouveau blog ! C’est vraiment une joie pour moi de vous y accueillir !

Je parle de nouveau blog car, je l’avoue, je ne suis pas complètement néophyte dans la blogosphère. Il y a bien longtemps déjà, j’avais créé un blog, Au plaisir des mots. Depuis tout petit (5 ou 6 ans), j’aime lire et avec le temps, j’ai voulu partager mes coups de cœur et de gueule littéraires. D’où la création de ce blog.

Mais si les mots donnent du plaisir quand on les lit, ils en donnent également quand on les écrit : j’ai attrapé très tôt (6 ou 7 ans) le virus de l’écriture. J’ai donc toujours aimé écrire, même si des études de mathématiques et de physique puis une carrière d’informaticien m’en ont trop souvent tenu éloigné.

Un slogan que les moins de dix ans peuvent ne pas connaître (puisque inventé en 1978 et abandonné en 2008) est celui qu’utilisait Paris Match : Le poids des mots, le choc des photos. Pour ma part, j’ai commencé à photographier en 1967, avec un Instamatic. Depuis, les appareils se sont succédé, le plaisir est resté, intact, même si ma paresse chronique est un sérieux frein : j’ai trop souvent tendance à me contenter de stocker mes photos sur le disque dur, sans même les trier, ni même parfois les regarder. Enfin, depuis l’an passé, je me suis inscrit à un atelier photo, et je commence à me réinvestir plus sérieusement dans cette pratique artistique.

Les photos, non seulement cela se prend, mais cela se regarde aussi ! Et en parlant de regarder, j’aime beaucoup aller au cinéma (mais je n’ai malheureusement pas beaucoup de temps pour cela). Et comme je suis éclectique, je parlerai également de peinture, sculpture, architecture… Comme vous le constatez, mes plaisirs culturels sont variés. Pas étonnant, dès lors, que mon deuxième blog s’appelait Les plaisirs de Michel.

Si la vue est un sens important pour moi, l’ouïe l’est tout autant, même si avec l’âge elle commence à me donner des soucis. Je vous parlerai donc aussi ici de ce que j’aime écouter : en ce domaine également, je suis éclectique : chanson française, musique classique ou pop-rock, sans oublier la musique du monde. Tout cela est culturel en diable : mon troisième blog (amical salut à ceux qui m’ont suivi dans mes précédentes pérégrinations) s’appelait Passion Culture.

Avec l’âge (j’ai quand même aujourd’hui soixante-et-un ans 🙁 !), les interrogations existentielles qui m’ont agité tout au long de ma vie se font de plus en plus prégnantes, et je vous inviterai donc parfois à réfléchir avec moi sur l’une ou l’autre question

Attention ! Tout cela peut sembler bien sérieux ! Trop peut-être. Il ne faut pas oublier que l’essentiel est d’abord de vivre, tout simplement ! Je vous parlerai donc parfois de moi, de mes découvertes touristiques, culinaires, bref de tout ce qui fait de moi un épicurien dans l’âme.

Il reste un dernier verbe dont je voudrais vous entretenir, mais pour mieux l’exorciser : procrastiner. Celui-là, je n’en veux plus ! C’est à cause de lui que j’en suis à mon quatrième blog : à force de remettre à demain l’écriture et la publication de mes billets, mes blogs, au bout d’un temps, ne ressemblaient plus à rien, à tel point que l’impression de désolation qui prévalait m’a poussé à les abandonner l’un après l’autre. Et donc me voici aujourd’hui à ouvrir un quatrième blog, en espérant, contre toute attente, que cette fois soit la bonne et que je m’y tiendrai de manière régulière. Bienvenue donc sur mon nouveau blog !