Comparaison 002

Il est temps pour moi de vous proposer une deuxième comparaison !

Pour moi, les gens âgés représentaient une espèce à part, au même titre que les moineaux ou les renards. […] Les plus grands organes sont aussi les plus atteints : la peau des vieux devient trop grande pour eux. Elle pendouille sur leurs os, comme un blazer d’uniforme scolaire acheté une taille au-dessus pour durer plus longtemps.

Ian McEwan – Opération Sweet Tooth – p. 38

Petite précision : dans le roman, le personnage à l’origine de cette comparaison n’a que cinquante-quatre ans ! Moi qui en ai soixante-deux, je n’ose plus me regarder dans un miroir 😉 !

Comparaison 001

Je viens de me rendre compte que je ne vous avais encore proposé aucune comparaison. C’est pourtant un de mes passe-temps favoris : collectionner les comparaisons, poétiques, farfelues ou absconses, rencontrées au hasard de mes lectures. C’est donc finalement Magda Szabo qui inaugurera cette rubrique, avec une comparaison particulièrement parlante :

Elle n’avait plus ni père, ni mère. Iza se répéta la phrase, expérimenta l’effet que produit une sensation aussi inconnue, comme on teste sur le gras du pouce le tranchant d’un couteau fraîchement aiguisé.

Magda Szabo – La ballade d’Iza – p. 218