Keigo Higashiro

Keigo Higashino est né le 4 février 1958 à Osaka sur l’île d’Honshū. Il travaille tout d’abord comme ingénieur pour Nippon DENSO Corporation. Mais en 1985, âgé donc de seulement vingt-sept ans, son roman Hokago (Après l’école) remporte le prestigieux prix Edogawa Rampo du meilleur roman policier. A la suite de quoi, il démissionne de son emploi pour écrire à plein temps et s’installe à Tokyo.

Ses études d’ingénieur et son esprit scientifique influencent fortement ses romans et les raisonnements scientifiques sont l’un des éléments caractéristiques de ses intrigues originales.

Il est actuellement une des figures majeures du roman policier japonais. Au Japon, ses derniers ouvrages se sont vendus à près d’un million d’exemplaires.

1985 : Après l’école
1994 / 2010 : La maison où je suis mort autrefois
1995 / 2013 : La prophétie de l’abeille
1999 / 2015 : La lumière de la nuit
1999 : Le secret
2005 / 2011 : Le dévouement du suspect X (2011)
2009 / 2012 : Un café maison (2012)
2009 / 2018 : Les doigts rouges
2011 / 2014 : L’équation de plein été (2014)
2013 / 2016 : La fleur de l’illusion

syllogomanie

Heureusement que j’ai une petite réserve de billets passe-partout 😉 !

L’homme passé, c’était lui. Il souffrait de syllogomanie, la maladie qui empêche d’avancer. Son appartement était rempli de piles de journeaux, de disques, de livres, de photos. De souvenirs.
[…]
Le passé qui ne passe pas n’est pas du passé. Il n’est pas derrière. Il est partout.

Loulou ROBERT – Sujet inconnu – p. 51

Source : Bv-ProNet

Sans vraiment souffrir de syllogomanie, je dois reconnaître que j’ai beaucoup de mal à jeter ce qui est devenu « inutile ». Je mets des guillemets, car nous n’avons pas tous la même notion de l’inutilité des objets ! Personnellement, je fais partie de la confrérie des CPTS (autrement dit, Ca Peut Toujours Servir). Et si l’objet en question est un souvenir, une revue ou un livre, alors là, c’est l’horreur 🙁 .

J’espère qu’il n’y a pas de syllogomanes parmi vous 😉 ! Car cette thésaurisation pathologique est bel et bien reconnue comme une maladie mentale dans la dernière édition du Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (DSM 5), qui est la référence mondiale en matière de maladies psychiatriques. Elle toucherait entre 2 et 6 % de la population adulte.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous propose quelques liens. Vous en faites ce que vous voulez : vous les gardez ou pas 😉 !

La Musica deuxième

Auteur

Marguerite Duras

Mise en scène

Guillemette Laurent

Acteurs

Catherine Salée et Yoann Blanc. Deux acteurs révélés au grand public grâce à la série télévisée “La Trêve”.

En bref

Une femme. Un homme. Ces deux-là se sont aimés, ont formé un couple. Puis, ils se sont séparés. C’était avant-hier. C’était hier. Aujourd’hui les a réunis de nouveau, au tribunal pour entendre leur divorce prononcé. Une dernière fois, dans la nuit, dans un hôtel de province, avant de regagner leurs “autres” respectifs, ils vont chercher à se parler, tenter de comprendre l’énigme qui les a amenés à la perte, au désastre de l’autre.

Mon avis :

Continuer la lecture de « La Musica deuxième »

François Vallejo

François Vallejo (2018)

François Vallejo est né le 10 février au Mans. Il habite le Havre et y enseigne les lettres classiques au collège Raoul Dufy. Vers la fin des années 1990, il se met à écrire des romans et fait preuve depuis d’une belle régularité, tant pour la parution de nouveaux romans que dans la récolte de prix.

Bibliographie

  • 1998 : Vacarme dans la salle de bal
  • 2000 : Pirouettes dans les ténèbres
  • 2001 : Madame Angeloso – prix « roman » de France-Télévisions 2001
  • 2003 : Groom – prix des libraires – prix Culture et Bibliothèques pour tous 2004
  • 2005 : Le Voyage des grands hommes
  • 2006 : Ouest – prix Jean Giono – prix du Livre Inter 2007
  • 2007 : Dérive
  • 2008 : L’Incendie du Chiado
  • 2010 : Les Sœurs Brelan
  • 2012 : Métamorphoses
  • 2014 : Fleur et Sang
  • 2016 : Un dangereux plaisir
  • 2018 : Hôtel Waldheim

tariquet

On est descendues boire un verre au bistrot du coin, une bière pour moi, un tariquet pour elle. Les produits d’entretien avaient déjà commencé à attaquer nos cerveaux. L’alcool a terminé.

Loulou ROBERT – Sujet inconnu – p. 29

Bon, d’accord, il s’agit certainement d’une boisson, alcoolisée de surcroît. Mais encore ? Puisque le terme est inconnu (comme le Sujet 😉 ) de mon Larousse, j’ai dû avoir recours à mon ami Google. (En fait, non, Google n’est pas mon ami, mais c’est là un débat qui nous éloigne de notre Sujet 😉 !)

En fait, il faut d’abord vous parler du domaine du Tariquet, situé dans la région des côtes de Gascogne, et qui produit du vin (blanc ou rosé), ainsi que de l’armagnac. Quant à savoir si la mère a bu un verre de vin ou un verre d’armagnac, il faudrait poser la question à l’auteur, mais j’opte pour le vin.

Quoi qu’il en soit, santé 😉 !

Thomas Mann : La montagne magique

J’ai eu aujourd’hui une journée particulièrement chargée (en fait passée au service des urgences de l’hôpital, heureusement plus de peur que de mal, mais nous avons d’abord cru que mon épouse faisait un infar). Cependant, comme je voudrais dans la mesure du possible tenir le rythme du billet quotidien, j’ai pioché dans ma réserve d’extraits et en ai choisi deux d’un roman lu fin 2018, et dont je vous parlerai plus longuement d’ici quelques jours.

En deux mots, pour situer le contexte, le narrateur a régulièrement passé ses vacances d’été à Davos, et y a fait la connaissance d’une vieille dame inconditionnelle de Thomas Mann. Continuer la lecture de « Thomas Mann : La montagne magique »

Je (re)lis des Classiques

Oui, je sais, s’inscrire à un nouveau challenge s’ap-parente chez moi à une fuite en avant 🙁 . Plutôt que répondre à l’appel des sirènes Blandine et Nathalie, ne ferais-je pas mieux de rédiger la vingtaine de billets en retard qui s’accumulent dans ma tout doux liste ? Probablement, mais com-ment résister à la proposition de (re)lire des classiques ? D’autant que pour être qualifié de classique, il suffit d’avoir été publié avant 1970 ! Et Dieu sait combien les étagères de mon grenier en comptent de tels ouvrages, lus et à relire ou même jamais ouverts !

Mais bon, j’ai pris cette année la résolution de ne plus avoir les yeux plus gros que le ventre 😉 ! Je me contenterai donc du deuxième niveau : J’aime l’idée. Il me suffira dès lors de 4 lectures pour remplir ma mission. Je pense que c’est à ma portée 🙂 …