Hélicicide (08 et fin)

Et voilà, la boucle est bouclée : ce feuilleton a débuté avec le conte du lundi 116, et il se termine avec le conte du lundi 117 😉 !

Ce matin, notre fils nous a amené Louis en coup de vent, pour une semaine de vacances avec nous. Puis il a rapidement regagné Paris, son boulot, son boulot, il n’a jamais que ce mot là à la bouche. C’est sans doute pour cela que Elisabeth l’a quitté. Toujours est-il que Isabelle est restée auprès de Louis, ce qui m’arrange plutôt. Je préférais être seul pour mon entrevue avec Angélique.

Me voici donc à l’entrée du camping. Je suis déjà passé plusieurs fois devant en voiture, mais c’est la première fois que j’y viens. Du moins en journée, car c’est vrai que j’y suis venu cette nuit, mais cela ne compte pas.

C’est un petit camping. Tout au plus une trentaine d’emplacements. Aujourd’hui, il semble désert. Toutes les parcelles sont occupées, mais il n’y a que des tentes, aucune voiture. Sans doute les vacanciers sont-ils tous en vadrouille. Cela n’est pas pour me déplaire.

Personne à l’accueil. Seul un léger bruit se fait entendre, un bruit d’eau rafraîchissant. Je me dirige donc vers la piscine et au détour du bloc sanitaire, je la découvre, plus belle que dans mon souvenir. Inlassablement, elle enchaîne les allers-retours. Je me garde bien de l’interrompre et vais m’asseoir dans un transat, me contentant de la contempler. Continuer la lecture de « Hélicicide (08 et fin) »

Hélicicide (01)

Les vacances sont là ! Et donc le temps et la motivation pour écrire aussi. Comme je souffre de procrastination chronique, pour m’aider dans cette bonne résolution, j’ai décidé de participer à l’un ou l’autre défi d’écriture en ligne. Mais pour corser le tout – est-ce une bonne idée ? l’avenir nous le dira – j’ai choisi de garder un même fil conducteur pour ces différents textes. Dans le temps, on appelait cela un feuilleton 😉 . Je dois avouer que je n’ai qu’une très vague idée de vers où je vais, ce sont les consignes d’écriture qui me guideront.

Aujourd’hui, pour ce premier texte, Lakevio, avec son conte du lundi, proposait la photo d’une jeune fille attendant, seule, sur le quai d’une gare. Chez Miletune, douze incipits de romans nous sont proposés pour débuter notre texte. J’ai choisi Quand sort la recluse de Fred Vargas.

« Trois morts, c’est exact » dit Danglard.

C’était bien ma veine que ce soit Danglard qui s’occupe de ces meurtres ! Lui seul était capable de me retrouver : quand je pars en vacances – en ce qui me concerne, les congés, c’est sacré ! – j’ai pour habitude d’effacer toute trace permettant d’identifier mon lieu de villégiature. Cette année, Vernot, un petit village de Bourgogne. Mais voilà, on n’est pas le premier flic de France pour rien, et Drangard n’avait pas seulement réussi à me localiser, mais il m’avait de plus convaincu de l’aider en filant pour lui la principale suspecte. Mais je dois reconnaître que le fait que les trois meurtres aient été commis à Vernot a pesé dans la balance et m’a décidé à accepter cette mission. Continuer la lecture de « Hélicicide (01) »