syllogomanie

Heureusement que j’ai une petite réserve de billets passe-partout 😉 !

L’homme passé, c’était lui. Il souffrait de syllogomanie, la maladie qui empêche d’avancer. Son appartement était rempli de piles de journeaux, de disques, de livres, de photos. De souvenirs.
[…]
Le passé qui ne passe pas n’est pas du passé. Il n’est pas derrière. Il est partout.

Loulou ROBERT – Sujet inconnu – p. 51

Source : Bv-ProNet

Sans vraiment souffrir de syllogomanie, je dois reconnaître que j’ai beaucoup de mal à jeter ce qui est devenu « inutile ». Je mets des guillemets, car nous n’avons pas tous la même notion de l’inutilité des objets ! Personnellement, je fais partie de la confrérie des CPTS (autrement dit, Ca Peut Toujours Servir). Et si l’objet en question est un souvenir, une revue ou un livre, alors là, c’est l’horreur 🙁 .

J’espère qu’il n’y a pas de syllogomanes parmi vous 😉 ! Car cette thésaurisation pathologique est bel et bien reconnue comme une maladie mentale dans la dernière édition du Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (DSM 5), qui est la référence mondiale en matière de maladies psychiatriques. Elle toucherait entre 2 et 6 % de la population adulte.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous propose quelques liens. Vous en faites ce que vous voulez : vous les gardez ou pas 😉 !

2 pensées sur “syllogomanie”

    1. Effectivement, cela doit être particulièrement pénible à vivre. Difficile à imaginer jusqu’où cela peut aller, même si j’hésite souvent à me débarasser de ce qui – objectivement – n’a plus de réelle utilité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *