Régime présidentiel

Régime présidentiel

Auteurs : Jean-Pierre Pernaut (oui, le journaliste, présentateur vedette du journal de 13 H sur TF1), Nathalie Marquay-Pernaut (oui, la compagne du précédent et Miss France en 1987) et Eric Le Roch.

Mise en scène : Eric Le Roch et Nathalie Marquay-Pernaut (oui, les co-auteurs du texte).

Acteurs : Marie-Laure Descoureaux, Philippe Risoli, Jean-Christophe Barc, Nathalie Marquay-Pernaut (oui, la co-auteure du texte), Andy Cocq.

Le pitch

Prenez un homme politique intègre, une épouse ambitieuse, un conseiller malhonnête, une attachée de presse bienveillante et un coach incompétent. Saupoudrez d’une poignée d’intentions malhonnêtes et d’ambitions mal placées. Rajoutez une dose de mauvaise foi au parfum de mœurs douteuses. Versez un zest de courage au jus de résistance. Mélangez le tout dans une campagne présidentielle où tous les coups sont permis.
Laissez mijoter 1h45 et vous obtenez « REGIME PRESIDENTIEL » !
Une pièce montée au délicieux goût de comédie où les rires nous rappelleront à quel point la politique et le théâtre ont parfois en commun le goût de la farce !

Mon avis :

Hier, soirée cocooning. Assis dans le canapé, à regarder la TV. Je ne me souviens pas depuis com-bien de temps cela ne nous était plus arrivé.

Ce qu’il y avait au pro-gramme ? Régime prési-dentiel, une pièce de (entre autres) Jean-Pierre Per-naut. Cela aurait pu être pis : nous aurions pu avoir payé pour voir cette pièce au théâtre ! Heureuse-ment, nous n’avons rien gaspillé, si ce n’est deux heures de notre temps, que nous aurions pu consacrer à une autre activité plus passionnante.

Bien sûr, il y avait quelques (trop) rares bons moments, il y avait l’un ou l’autre jeu de mots amusant, il y avait l’un ou l’autre clin d’oeil à la politique (surtout française, forcément), (et il y avait Nathalie Marquay-Pernaut, qui a de très beaux restes) mais tout cela est perdu dans une comédie franchouillarde, à l’humour souvent en-dessous de la ceinture. Pour défendre ce texte anémique (ils se sont pourtant mis à trois pour l’écrire !), les acteurs se dépensaient sans compter, mais le combat était inégal, et même en en faisant trop, la mayonnaise ne prenait pas souvent.

Bref, dommage : nos retrouvailles avec le petit écran n’ont guère été enthousiasmantes 🙁 …