Rallumer les étoiles

Il est grand temps
de rallumer les étoiles

Non, mon titre ne fait pas référence au roman de Virginie Grimaldi, que je n’ai d’ailleurs pas lu. Mais probablement ce dernier fait-il usage pour son titre de cette citation de Guillaume Apollinaire, sous l’égide de laquelle je veux placer tout à la fois l’année nouvelle qui s’annonce et la résurgence de mon blog. Avant d’expliquer ce choix, je voudrais rendre hommage à Apollinaire et replacer cette phrase dans son contexte : la guerre de 14-18. Voici donc un extrait un peu plus long des Mammelles de Tirésias.

ILS ÉTEIGNENT LES ÉTOILES À COUPS DE CANON

Les étoiles mouraient dans ce beau ciel d’automne
Comme la mémoire s’éteint dans le cerveau
De ces pauvres vieillards qui tentent de se souvenir
Nous étions là mourant de la mort des étoiles
Et sur le front ténébreux aux livides lueurs
Nous ne savions plus que dire avec désespoir

ILS ONT MÊME ASSASSINÉ LES CONSTELLATIONS

Mais une grande voix venue d’un mégaphone
Dont le pavillon sortait
De je ne sais quel unanime poste de commandement
La voix du capitaine inconnu qui nous sauve toujours cria

IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ÉTOILES

L’avenir de la planète, la crise migratoire, la montée de l’extrême droite, la contestation des gilets jaunes (qu’on l’estime légitime ou non), les relations homme/machine, le Brexit… Tant d’événements nous bousculent ou nous déstabilisent en ce moment. Ils pourraient nous pousser à la désespérance…
Et pourtant, au milieu de tout ce qui semble être chaotique, une lumière est possible pour chacun d’entre nous !

Alors que nous venons de célébrer la fin de la guerre 14-18, il est vraiment urgent que nous rallumions ensemble nos étoiles ! Il faut qu’à nouveau les étoiles brillent au fond des yeux non seulement de ceux qui nous entourent, famille, amis, voisins, mais également de ceux qui, même s’ils nous semblent loin, ne nous sont pas étrangers : laissés pour compte, migrants, paumés de la vie.

C’est dans cet esprit que je nous souhaite une excellente année !

En ce qui me concerne, 2018 n’aura pas été un grand cru… Bien sûr, tout ne fut pas négatif. Il y eut ce huitième petit enfant qui nous est né. Il y eut tous ces moments heureux partagés en famille, entre amis, avec des migrants accueillis. Mais il y eut aussi, pour les plus âgés de notre famille, des problèmes de santé. Il y eut aussi des dissensions familiales. Il y eut aussi des désaccords profonds qui m’ont amené à démissionner de l’une ou l’autre association où j’oeuvrais comme bénévole, et où j’espérais en 2019 m’investir encore plus. Tout cela m’a fatigué, découragé.

Aussi est-ce plein d’espoir que j’attends 2019 ! Cette année sera parti-culière, puisqu’elle me verra prendre ma retraite anticipée (pas de beaucoup, seulement 2 ans). Une bonne nouvelle, me direz-vous ? Oui, car cela signifie plus de temps disponible. Mais cela signifie aussi que j’avance inéluctablement en âge. Les articulations se raidissent, les muscles fondent, les cheveux tombent, les cernes se creusent, la mémoire se fait parfois récalcitrante : il faudra vraiment lutter pour que ce tournant professionnel ne me démoralise pas.

2019 doit être surtout une lutte de chaque instant contre ma procrastination chronique. 2019, qui me donnera plus de temps, doit me permettre de renouer avec mes rêves, notamment celui de l’écriture !

Tous ces rêves envolés qu’on a abandonnés
Et qui nous donnaient l’envie d’aller jusqu’au bout
A présent nous supplient de rester debout

Mais les rêves, tous ces rêves que l’on ne faisait plus
Mais les rêves, tous ces rêves que l’on croyait perdus
Il suffit d’une étincelle pour que tout à coup
Ils reviennent de plus belle, au plus profond de nous…

Aimons les étoiles
Laissons-les filer
Aimons les étoiles

Pierre Rapsat – Les rêves sont en nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *