Hélicicide (05)

Pour ce nouvel épisode, j’ai donc choisi un cinquième incipit chez Miletune, tiré cette fois de La liste de mes envies  de Grégoire Delacourt.

On se ment toujours.

Voilà ce que je me disais dans le train qui me ramenait vers Dijon.

Je me crois fort, mais je ne suis qu’un faible. Après mon deuxième côte-de-Beaune, j’ai voulu comparer avec un Macon. J’ai raté mon train. J’ai noyé mon dépit avec un Montrachet. J’ai raté un deuxième train. Je suis passé à l’eau minérale et ai attrapé de justesse le dernier train m’assurant une correspondance vers Is-sur-Tille.

J’ai l’alcool triste, mais lucide. On se ment toujours, mais quand j’ai bu, je ne me mens plus. Pourquoi ai-je donc pris cette enquête tant à coeur ? Pour faire plaisir à Danglard ? Balivernes. Bien sûr, quand il a fait appel à moi, j’ai été flatté, et il n’était pas question de refuser. Mais ensuite ? Je crois que c’est l’air désemparé d’Angélique, perdue seule sur le quai de la gare, qui a fortifié ma détermination. Pauvre petit oisillon à peine tombé du nid. Combien je comprends l’émoi de Jean Nolain à son égard. Par contre, je me demande ce qu’elle pouvait bien lui trouver. Bon d’accord, je n’ai pas eu le temps de faire sa connaissance, le pauvre, mais tout de même, il avait largement l’âge – le mien – d’être son père.

Juste avant d’arriver à Is, Pol m’a téléphoné. Il m’a dit que j’avais de la chance. Beaucoup de chance que sa part de travail soit déjà terminée. Car demain, fête nationale oblige, il aurait été indisponible : il n’aurait pour rien au monde raté le défilé militaire à Bruxelles et les festivités du Parc Royal. Bref, après m’avoir bien fait languir, il m’a appris le résultat de sa filature. A Bruxelles, Brodeck avait récupéré la voiture qu’il avait laissée dans un parking longue durée et pris la direction de Namur. A partir de là, il avait remonté la Meuse, tournant à droite peu avant Anhée. Bon, accouche mon coco, je ne t’ai pas demandé un guide touristique de la province de Namur ! Enfin, il s’était arrêté à Warnant, dans une escargotière. Apparemment, il travaillait là depuis quelques mois et revenait d’un stage en Bourgogne. Manifestement, les patrons avaient l’envie d’élargir la gamme de leurs produits, et d’élever de gros escargots de Bourgogne  en sus de leurs Petits-Gris.

Couché sur le dos, je contemple le plafond. Dans le lit à côté, Isabelle ronfle, m’ignorant superbement. Je me doutais bien qu’à mon retour à Vernot, j’aurais l’image et pas le son. Elle ne supporte pas que j’aie un coup dans l’aile. Avant de plonger dans les bras de Morphée, elle m’a quand même expliqué qu’elle avait longuement parlé avec la propriétaire de notre chambre d’hôtes, qui avait manifestement gagné la confiance d’Angélique.

Je sens que je ne dormirai pas beaucoup cette nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *