Hélicicide (02)

Pour débuter ce deuxième épisode, j’ai choisi un nouvel incipit chez Miletune, tiré cette fois de Voyage au bout de la nuit de Céline. Pour ceux que cet incipit intéresse, je ne peux que vous conseiller la lecture de cet article sur le site du Nouvel Obs 😉 !

– Ca a débuté comme ça. Une banale intoxication alimentaire.

– Vous m’avez bien dit qu’il y avait eu trois morts ?

– Trois morts, c’est exact.

– On connaît la cause de cette intoxication ?

– Nous ne disposons pas encore des résultats complets de l’analyse toxicologique, mais ce qui est déjà certain, c’est que l’on a relevé chez chacune des victimes une concentration élevée d’alcaloïdes.

– Vous avez parlé de trois décès, mais combien de convives y avait-il ?

– Justement, c’est là que cela devient intéressant ! Ils n’étaient que quatre…

– Je comprends mieux, maintenant, pourquoi tout à l’heure au téléphone vous m’avez parlé d’une suspecte. Mais puisque l’affaire semble si simple, pourquoi ne pas avoir mis cette personne en examen ? Et pourquoi avoir fait appel à moi ?

– Allons, mon ami, vous vieillissez ! Je vous ai connu plus respectueux des droits de la défense. Songez qu’au stade actuel de l’enquête, nous ne sommes même pas certains qu’il y a eu meurtre ! Nous avons bien évidemment de sérieux soupçons, mais pas le moindre début d’indice.

– Vous pourriez au moins la placer sous le statut de témoin assisté, non ?

– Sans aucun doute, mais voyez-vous, dans le contexte actuel, cela risquait de créer la polémique : Agélique Hampenne est de nationalité belge. Alors la mettre sous statut de témoin assisté juste après avoir battu la Belgique en demi-finale de la coupe du monde, cela aurait frisé l’incident diplomatique… Nous avons donc préféré simplement lui demander de ne pas quitter le territoire français. C’est dans ce cadre que nous avons décidé de faire appel à vous. D’ailleurs, encore merci d’avoir bien voulu interrompre vos vacances pour nous donner un coup de main.

– De rien. Vous savez que c’est un plaisir pour moi que de pouvoir vous rendre service. Peut-être pourriez-vous maintenant m’en dire plus sur ces quatre convives et ce fameux dîner ?

– Il y avait Pierre Duchain, viticulteur, et son épouse Monique. La soixantaine. Couple sans histoire, ils venaient de fêter leurs noces d’émeraude. Ensuite, Jean Nolain. A fait fortune dans l’immobilier à Paris. A tout abandonné il y a deux ans,  à l’âge de cinquante ans. Est revenu au pays et a ouvert un camping dans le village de Vernot. Vous êtes déjà déjà certainement passé devant.

– Effectivement. Notre chambre d’hôtes se trouve à l’autre bout du village.

– Enfin, donc, Agélique Hampenne, étudiante en infographie. Belge, comme je l’ai dit. Est venue en vacances au camping de Vernot l’année dernière, et cela a été le coup de foudre entre elle et Jean Nolain. Elle a décidé d’arrêter ses études et de rester ici, à s’occuper du camping avec son nouvel amoureux.

– L’argent pourrait être le mobile du crime ?

– Nous y avons aussi pensé, mais nous avons rapidement abandonné cette piste : Angélique et Jean allaient se marier dans deux mois. Elle avait donc tout intérêt à attendre un peu avant d’assassiner la poule aux oeufs d’or ! Et puis, pourquoi s’en prendre à Pierre Duchain et son épouse ? Simplement pour rendre plus plausible l’hypothèse de l’intoxication alimentaire ? Mais comment se fait-il qu’elle n’ait pas eu le moindre symptôme ? Ni vomissement, ni diarrhée, même pas une nausée. Si elle avait voulu camoufler son forfait, elle aurait dû au moins signaler quelques désagréments gastro-intestinaux !

– Bref, vous n’êtes nulle part, et c’est pourquoi vous avez fait appel à moi.

– Bien vu ! Nous espérons qu’en l’espionnant discrètement nous en apprendrons suffisamment que pour comprendre ce qui s’est passé ce soir-là. Bonne chance ! Inutile de vous dire qu’en cas de problème, pour nous, vous êtes toujours en vacances !

2 pensées sur “Hélicicide (02)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *