Urgence absolue

Nécessité absolue de reprendre ma plume de diariste
De la plonger à nouveau dans l’encre de ma vie
Vie parfois noire comme de l’encre
Je fictionne
Ma vie est loin d’être si noire que je la peins
Mais la vie est ce que l’on en fait.

Sensation du temps qui file
Comme le sable entre les doigts
La main brusque se referme sur le vide
A peine le temps de penser au présent
Qu’il est déjà du passé dépassé
Le futur m’angoisse
Mourir cela n’est rien
Mourir la belle affaire
Mais vieillir
Pardon Jacques
Tu l’as si bien chanté que je n’ai pu résister.

Urgence absolue
Identifier les pertes de temps inadmissibles
Ne rien faire est admissible
Faire de l’inutile ne l’est pas
Cesser d’augmenter l’entropie de mon existence
Absolument.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *